18
Lun, Déc
2 Nouveaux articles

Ali Bongo chercherait-il à devancer les juges dans le dossier des BMA ?

Afrique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Déclaration d'Ali Bongo : « J’ai décidé avec le plein accord de mon épouse Sylvia Bongo Ondimba et de mes enfants que ma part d’héritage sera partagée avec toute la jeunesse gabonaise, car à mes yeux nous sommes tous les héritiers d’Omar Bongo Odimba, a-t-il déclaré. Cela veut concrètement dire que tous les revenus tirés de la part d’héritage qui me revient seront versés à une fondation pour la jeunesse et l’éducation.

Gabon : Ali Bongo veut donner sa part d'héritage à la jeunesse

RFI

Dans un message à la nation à l'occasion de la célébration de la fête nationale lundi, le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a annoncé qu'il cèdait sa part d'héritage de son père Omar Bongo Ondimba à la jeunesse gabonaise. Ses frères et sœurs et lui ont aussi convenu de donner à l'Etat gabonais deux hôtels particuliers d'Omar Bongo en France.

Le président gabonais Ali Bongo Odimba a annoncé lundi soir lors d’un discours prononcé à l’occasion du 55e anniversaire de l’Indépendance les projets qu'il avait pour l’héritage de son père, l’ex-président Omar Bongo Odimba, décédé en 2009. « J’ai décidé avec le plein accord de mon épouse Sylvia Bongo Ondimba et de mes enfants que ma part d’héritage sera partagée avec toute la jeunesse gabonaise, car à mes yeux nous sommes tous les héritiers d’Omar Bongo Odimba, a-t-il déclaré. Cela veut concrètement dire que tous les revenus tirés de la part d’héritage qui me revient seront versés à une fondation pour la jeunesse et l’éducation. Car tout le monde sait, et je le redis, que cette jeunesse était sacrée aux yeux du président Omar Bongo. »

Mais les annonces du président Ali Bongo ne s’arrêtent pas là. « J’annonce également, au nom des enfants d’Omar Bongo Odimba, que nous avons décidé de céder à l’Etat, à titre gracieux, la propriété située près du camp de Gaulle, sur la voie express, dans le Ier arrondissement de Libreville, indique-t-il. Elle sera destinée à créer une université au profit de la jeunesse gabonaise. De même, nous avons décidé de céder à l’Etat pour le franc symbolique deux propriétés en France ayant appartenu à Omar Bongo Odimba. Il s’agit de deux hôtels particuliers situés rue de la Baume dans le VIIIe arrondissement pour l’un et rue Edmond Valentin dans le VIIe arrondissement de Paris pour l’autre. Ces biens immobiliers, qui feront désormais partie du patrimoine de l’Etat gabonais, seront affectés à un usage diplomatique et culturel », précise le président gabonais.

Pour Zachary Myboto, le président du parti d'opposition Union nationale, ces déclarations sont des annonces déjà entendues.

Des annonces et des promesses, M. Ali Bongo Odimba en a toujours faites. Faut-il encore les tenir et faire en sorte que ces promesses et ces annonces se concrétisent...

La succession d'Omar Bongo, qui compte 53 héritiers déclarés, n'est pas encore réglée. Les contours de l'héritage sont encore mal cernés, mais les actifs identifiés se monteraient déjà à plusieurs centaines de millions d'euros.

© RFI

Notre commentaire :

A la différence d’autres chefs d’Etat d’Afrique centrale qui font le déplacement de Paris pour pleurnicher à propos des attaques judiciaires et humiliations qu’ils subissent dans le dossier des biens mal acquis, notamment avec les perquisitions de leur domiciles ayant mis à nu quelques secrets bien enfouis, le jeune président gabonais a profité de faire une bonne opération de communication autour des biens qui de toutes les façons ne leur appartiendraient probablement plus jamais. Heureusement qu’il y a encore des gens qui savent se rendre à l’évidence. Et quel moment choisi pour faire l’annonce ? La fête de l’indépendance nationale. Ils sont chanceux ces gabonais, comparés à leurs cousins, les congolais qui doivent écouter des élucubrations sur des prouesses économiques non avérées et une histoire nationale falsifiées dans laquelle des miliciens guerriers deviennent par une espèce de magie des hommes de paix.