21
Mar, Nov
6 Nouveaux articles

Le meeting du 17 octobre à Pointe-Noire sonnera-t-il le glas du régime de Sassou ?

musikanda
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Bien que le pouvoir ait tenté de la prendre de vitesse en annonçant la date de son referendum dans un délai particulièrement court (alors qu’elle était prévue depuis de longs mois), l’opposition a su réagir avec un sang-froid remarquable. Certes, elle n’est exempte ni de maladresses ni de reproches, mais ses dirigeants semblent avoir pris la pleine mesure de l’immense espoir que la majorité des Congolais a placé en eux. Rarement en effet, ils n’auront été vus déployer une telle débauche d’énergie pour aller à la rencontre de nos compatriotes un peu partout sur toute l’étendue du territoire, et ce malgré les moyens dérisoires à leur disposition. Unie, déterminée et, pour une fois, tenant un discours assez clair, l’opposition au régime corrompu du PCT fait preuve d’un courage qui force l’admiration.

Bien entendu, d’ici au 25 octobre, rien ne lui sera épargnée. Fidèle à lui-même, le pouvoir excelle dans ce qu’il sait faire de mieux : la provocation et l’intimidation, le double langage et la censure. A l’affût du moindre faux pas des opposants pour justifier le recours à la force, Sassou et les dignitaires du PCT n’ont de cesse de se référer à la loi, une loi qu’ils bafouent sans état d’âme depuis qu’ils sont au pouvoir. La menace est à peine voilée. Sachant que les résultats électoraux sont totalement factices, on se pince quand on les entend pérorer sur la démocratie dont ils sont évidemment les garants, et dont l’opposition bafoue les règles. Mieux vaut être sourd que d’entendre cela.

L’affluence et la ferveur populaire manifestes à chaque meeting de l’opposition expriment sans ambiguïté le rejet de ce régime dont les seules assises étaient jusqu’ici la peur, la triche et la corruption. Les aveux publics d’Okombi Salissa et d’autres anciens barons sassouistes passés dans les rangs de l’opposition sur les méthodes du PCT pour se maintenir au pouvoir confirment ce que nous savions déjà et répétons depuis des années : Sassou ne peut pas gagner une élection transparente dans ce pays. Non pas parce qu’il est mbochi, comme le laissent entendre les idéologues pécétistes, mais tout simplement parce qu’il a démontré toute l’étendue de son incompétence depuis qu’il est au pouvoir. Et à l’incompétence notoire s’est ajoutée toute absence de scrupule en nommant partout ses rejetons et les membres de son clan qui siphonnent sans retenue et en toute impunité les entreprises et services d’Etat sous leur direction.

Si la corruption et la triche font encore merveille (n’est-ce pas Gentil Fylla et messieurs de la Conel ?), l’arme de la peur a perdu de son efficacité. Malgré les efforts désespérés des griots de Télé Sassou pour passer sous silence la forte mobilisation de l’opposition à travers le pays, les images de ces centaines de banderoles et pancartes invitant Sassou à dégager témoignent de la confiance retrouvée des Congolais en eux-mêmes. Confiance en eux-mêmes, mais aussi une grande victoire psychologique sur les traumatismes de la guerre civile sur lesquels comptait Sassou pour étouffer toute velléité de contester sa volonté de s’éterniser au pouvoir.

Si l’information selon laquelle ce même Sassou revient à Pointe Noire ce samedi pour poser la première pierre de la construction du marché de cette ville est avérée, nul doute que le pouvoir aux abois passe à la vitesse supérieure pour contrecarrer de toutes ses forces, avec les moyens de l’Etat, la mobilisation de l’opposition dans le Kouilou. Une manœuvre d’une grossièreté invraisemblable qui contredit la soi-disant ouverture de la campagne référendaire dont l’accès aux médias publics est interdit aux partisans du non à son referendum.

Un tel déni de ce qu’ils clament tout haut n’a rien de surprenant de la part de ces gens-là. Sous prétexte de trouble à l’ordre public, le préfet aux ordres interdira le meeting de l’opposition. Ridicule. Grotesque. Mais pas pour ce pouvoir qui a peur de tout sauf du ridicule. Demain, l’opposition n’a pas d’autre choix que de maintenir le meeting comme prévu, faute de quoi, ses leaders se décrédibiliseront complètement et verront partir en fumée tout le capital de sympathie et de respect accumulé difficilement auprès des Congolais au cours de ces derniers mois. Ou c’est Sassou qui reporte sa connerie de première pierre, ou alors il recevra sa première grosse gifle avant son départ du pouvoir.

Le meeting de Pointe-Noire s’annonce donc comme le prélude et l’avant-goût de ce qui se prépare à Brazza le 20 octobre où le pouvoir a déjà son plan prêt pour cadenasser la ville. Une forte mobilisation ce weekend dans la capitale du Kouilou sonnera le glas de ce régime corrompu dont les jours sont désormais comptés si et seulement si l’opposition unie et déterminée derrière le peuple ne manifeste pas de signes de faiblesse en bravant le pouvoir dans le bras de fer qu’il entend nous imposer. Arrêtons de biaiser. S’il veut la casse, montrons-lui que nous sommes prêts. En versant le sang des Congolais pacifiques pour justifier la pose d’une première pierre, Sassou montrera à ceux qui le prennent pour un homme fréquentable, son vrai visage. Celui d’un vulgaire dictateur prêt à marcher sur les cadavres de ses compatriotes pour conserver un pouvoir qu’il détient depuis 32 ans.

Musi Kanda

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS